Définition du corpus

professor8Notes historiographiques, synthèses méthodologiques, premières versions d’articles en cours de rédaction, hypothèses d’un chapitre de thèse encore à écrire, analyses d’archives en ligne, tutoriels concernant de nouveaux outils, expression de doutes épistémologiques, recensions d’ouvrages récents ou de classiques, analyses de productions filmiques ou multimédias, prises de position dans l’espace public, micro-essais d’ego- histoire… Depuis une dizaine d’années, une nouvelle forme de production de connaissances portant sur le passé a vu le jour, entre volonté de vulgarisation et exposition de recherches en train de se faire.


De l’objet de recherche au corpus

Contemporains de l’essor de la blogosphère, puis des humanités numériques, de l’autoproduction dans le domaine musical tout autant que de la diffusion de la photographie amateur en ligne, ces contenus ont pour double spécificité de s’inscrire dans une démarche de recherche (doctorants aussi bien que professeurs d’université, enseignants du secondaire, amateurs) et d’être autopubliés sur le web. Elle forme une véritable rupture épistémique.

Réseau des blogs historiques sélectionnés par le projet Euchronie . Crédit Martin Grandjean

Citations à l’intérieur du corpus de blogs historiques (hyperliens) sélectionnés par le projet Euchronie. Crédit Martin Grandjean

Notre objet d’étude est cette rupture épistémique, aussi importante que sous-estimée jusqu’à présent. En effet, si l’acte de publication est associé depuis la professionnalisation de l’écriture de l’histoire à une relation privilégiée avec une autre profession – l’édition – il n’en va plus de même aujourd’hui : aux modes de médiations les plus classiques (ouvrage, article publié dans une revue à comité de lecture) s’ajoute à présent l’autopublication de billets de blogs, d’images fixes et animées téléchargées sur des hébergeurs privés, sans compter les conversations menées sur les réseaux sociaux.

Si ce type d’interface n’a pas été produit jusqu’à présent, la raison en incombe moins à des raisons techniques qu’à une absence de conceptualisation de l’objet en question. L’un des intérêts de notre projet consiste donc à faire émerger la production en ligne de savoirs sur le passé, en tant que type de production de connaissances à part entière. En effet, intégrées à la très large catégorie des humanités et des sciences sociales, les productions de connaissances sur le passé ne sont pas véritablement identifiables sur Hypothèses.org ; quant aux sites qui ne sont pas hébergés sur la plateforme – tels que les sites francophones québécois, suisses, belges, luxembourgeois – ils sont littéralement invisibles. Par ailleurs, il est à noter que des formes de contenu récemment identifiées – expositions virtuelles, articles interactifs, modélisations en 3D, webdocumentaires et autres cartographies dynamiques, produits par ou avec des chercheur.e.s – y ont toute leur place (quand il s’agit d’auto publications), en plus des classiques cours et conférences mis en ligne. Il s’agit ici d’insister sur le fait qu’une telle interface rendra ainsi compte d’une écriture de l’histoire de moins en moins logocentrée et de plus en plus intermédiale, c’est-à-dire écrite et visuelle, parlée et sonore, interactive et collaborative.


 

Pour en savoir plus :

 Comment avons-nous constitué notre corpus ? Quel est notre projet ? Quel est l’historique du projet ?   Pourquoi faire travailler ensemble des chercheurs de disciplines différentes ?